Mois : novembre 2015

Vente aux enchères Made in Bond 2

Le 13 novembre 2015 s’est tenue à la galerie Iconoclastes (Paris 2ème) « Made in Bond 2 », la 2ème vente aux enchères sur le thème de James Bond, organisée par Vermot et Associés, à l’initiative de deux de nos amis collectionneurs de l’agent 007 !

12065986_510359355801696_5630828734739740752_n

 

            Au programme, affiches originales de différentes nationalités, véhicules Corgi toys, Matchbox, Little Lead Soldiers et Minichamps, figurines Gilbert et Little Lead Soldiers, poupées Mego, Sideshow et Hasbro, pistolets Lone Star et Wicke, assiettes Danbury Mint, jeux de sociétés Milton Bradley, puzzles Playtime, maquettes Aurora et Revell, montres, livres, PLV, revues et de nombreuses répliques d’objets tirés des films : Pull de golf de Goldfinger, lunettes de ski d’Au Service secret de Sa Majesté, jeu de cartes des Diamants sont éternels, jeu de tarot de Vivre et laisser mourir, talkie-Walkie de L’Homme au pistolet d’or, sacoche de L’Espion qui m’aimait, œuf de Fabergé d’Octopussy, plaques de casino de Permis de tuer, casquette de Dangereusement Vôtre, jetons de casino du Monde ne suffit pas, pistolet de Meurs un autre jour, chemise de Casino Royale, permis de conduire de Quantum of Solace, Bulldog et Mug de Q de Skyfall, chaussures de montagne de 007 SPECTRE

 L’occasion a été aussi pour nous de rencontrer Yves Thos, 80 ans, célèbre peinte et affichiste de cinéma, qui participait à cette vente en proposant quelques unes de ces toiles (huiles, crayonnés…). C’est lui qui est l’auteur des deux graphismes de l’affiche d’Au Service secret de Sa Majesté : silhouette de Bond en tenue de ski et Bond entouré des filles et des armoiries, pour laquelle il avait touché un cachet de 1,5 million d’anciens Francs. Il est aussi l’auteur de l’affiche Viva James Bond (festival de 1972). Pour réaliser ces créations, il avait été contacté par un directeur artistique des Artistes associés qui lui avait laissé carte blanche, ou presque.

            Il a commencé sa carrière de peintre au début des années 50 en peignant les panneaux de cinéma (de très grandes toiles qui ornaient les devantures de cinémas). A 19 ans, il est entré chez Pathé Cinéma et va réaliser de nombreuses affiches. Au fil des ans, pour différents distributeurs, il a composé les affiches de nombreux films parmi lesquels Le Général du diable, Il bidone, Le Capitan, Cartouche (une de ses préférées), Spartacus, La dolce vita, Les tribulations d’un chinois en chine, L’homme de Rio et plus tard Flash Gordon, Louisiane… On lui doit aussi les couvertures d’albums pour la jeunesse (Bob Morane…) et même les dessins de boîtes des miniatures Dinky Toys de la fin des années 60 !

            A la fin des années 80, il s’est retiré du monde des affiches de cinéma pour se consacrer uniquement à la peinture dans son atelier du Gard

par François Justamand

Le retour du SPECTRE !

12025408_10153689385793164_1130750906_n (1)

Le retour du SPECTRE !

Par François Justamand

Après trois ans d’absence, James Bond – toujours interprété impeccablement par Daniel Craig – revient dans 007 SPECTRE. Ce film a coûté plus de 250 millions de dollars car l’enquête de 007 se déroule sur trois continents au rythme d’incroyables scènes d’action : cascades en hélicoptère à Mexico, course-poursuite de voitures à Rome, avion qui fait de la luge dans les alpes autrichiennes, combat dans un train en plein désert marocain et poursuite sur la Tamise entre un hors-bord et un hélicoptère !

Avec ce 24ème film, et le deuxième de Sam Mendès, on revient à la tradition des Bond d’antan, avant le reboot que l’on a connu avec Casino Royale en 2006. La fin de Skyfall marquait déjà ce retour au classicisme. Ce film plaira aux nostalgiques puisqu’on y retrouve de nombreuses références à Vivre et laisser mourir (fête des morts), à Opération Tonnerre (réunion du SPECTRE), à Goldfinger (Aston Martin gadgétisée), à Bons baisers de Russie/Vivre et laisser mourir/L’Espion qui m’aimait (combat dans le train), à Au Service secret de Sa Majesté (clinique au sommet d’une montagne ), à On ne vit que deux fois (base dans un cratère), James bond contre Docteur No (accueil dans le repère du méchant), au Monde ne suffit pas (poursuite sur la Tamise)… Les amateurs de littérature bondienne identifieront aussi des éléments que l’on retrouve dans deux nouvelles de Ian Fleming : « Octopussy » et « Le spécimen rare de Hildebrand », ainsi que dans le roman « Colonel Sun » de Kingsley Amis alias Robert Markham.

Mais la référence ultime, comme le titre du film l’indique, c’est le retour du SPECTRE (et de Blofeld ?), cette organisation criminelle mondiale dont on parle dès James Bond contre Docteur No, mais que l’on découvre surtout à partir de Bons baisers de Russie, dont le chef est l’impitoyable Franz Oberhauser que les scénaristes ont fait surgir du passé de Bond. Christoph Waltz compose un personnage froid, inquiétant et sadique mais moins déjanté que Silva, le personnage campé par Javier Bardem dans Skyfall. Ce nouveau SPECTRE ne fait plus de chantage à la menace nucléaire mais telle une multinationale du crime fait des profits sur la santé des gens en mettant notamment sur le marché des contrefaçons de médicaments.

Les scénaristes Purvis & Wade, d’après une première histoire de John Logan, ont fait astucieusement le lien entre tous les Bond de Craig. En effet, on nous montre, dès le générique « tentaculaire » toujours signé Daniel Kleinman, que les méchants de Casino Royale à Skyfall étaient tous des membres de la fameuse organisation. La boucle est ainsi bouclée car la famille Broccoli n’a récupéré les droits du SPECTRE que depuis deux ans.

Quant au restant du casting, la belle Monica Bellucci ne fait hélas que passer, mais son rôle de veuve d’un membre du SPECTRE qui craint pour sa vie est assez intéressant et Léa Seydoux est très crédible dans les scènes dramatiques et apporte une fraîcheur au film. Andrew Scott (le Moriarty de l’excellente série Sherlock), chef du renseignement, est l’archétype du haut fonctionnaire arriviste et véreux, et Dave Bautista, Hinx, l’homme de main d’Oberhauser, est tout en muscle et donne du fil à retordre à l’agent 007 (la bagarre dans le train est ultra-violente et très efficace).

La chanson du générique interprétée par Sam Smith est belle et mélancolique (mais on préfère celle d’Adele) et la bande-originale de Thomas Newman est plus réussie que celle qu’il avait composée pour Skyfall et contient des variations du « James Bond Theme » plus nombreuses pour notre plus grand plaisir.

Cocktail savamment dosé d’humour, d’action, de superbes décors et de paysages exotiques, de belles filles et de méchants hauts en couleur, 007 SPECTRE est (pour nous) le meilleur Bond de l’ère Craig et peut-être un des meilleurs films de la série, même s’il n’a pas l’intensité dramatique d’un Casino Royale ou d’un Skyfall, il compense en nous offrant un divertissement de grande qualité. Le vrai James Bond est enfin de retour !

%d blogueurs aiment cette page :